Travel Cameroon | Escapade gourmande

Escapade gourmande | Streetfood

Quelle meilleure introduction à ce blog, qu’un petit carnet de voyage sur mon pays d’origine ? Je vous emmène découvrir ma ville natale, Yaoundé. J’ai eu la chance de m’y rendre une dizaine de jours en octobre dernier, l’occasion pour moi de redécouvrir les délices culinaires de la ville au sept collines. C’est avec plaisir que je vous présente cet univers de saveurs.

En matière de cuisine, il faut dire que nous sommes servis. Eh oui, nous avons une position géographique bénie des dieux, nous profitons des délices de la mer et des tropiques et il y a autant de saveurs que d’ethnies, étant donné qu’il y en a environs 230, je vous laisse imaginer nos tables lors des fêtes de famille ;). Mais ce qui aura sans doute marqué mon séjour et que j’aime au-delà de tout sont nos streetfood. On en parle ?

Le streetfood camerounais qu’est-ce que c’est ?

Si vous avez séjourné à Yaoundé, vous avez pu observer ses grandes braises qui jonchent les rues. On y braise à volonté poulet, porc, viande de bœuf, dans une ambiance chaude rythmée par les musiques camerounaises du moment. Quand la nuit tombe, les rues s’illuminent et les carrefours offrent un spectacle sans pareil, on est alors emporté par le bon parfum des épices qui s’élève des braises chaudes des fours à charbon des vendeuses de bord de route. Vous commencez à saliver ? C’est normal.

Où trouver des comptoirs ?

On en trouve partout littéralement ; Mais en matière de streetfood quoi de mieux que la Brique ?
La Brique ou Briqueterie est un quartier de la ville de Yaoundé réputé pour son célèbre comptoir cinquante – cinquante. A ciel ouvert, on y vend toutes sortes de délices cuits à la braise dont les célébrissimes 50-50 (des petites brochettes tirant leur nom de leur prix. Cinquante Francs CFA). Les photos en parleront sûrement mieux que moi mais je m’y suis vraiment régalée.

J’aime ce comptoir pour sa proximité avec l’artisanat de Tsinga, j’aime pour son ambiance chaude à l’image de la capitale et pour la variété de ses mets. La dolce vita à la camerounaise.
La prochaine fois que vous irez dans la capitale, n’hésitez pas à vous y arrêter pour déguster ! C’est permis et ça ne coûte que 50 Francs CFA 😉

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.