11 Questions à Gerry Sandjo, le photographe Camerounais qui sublime la beauté noire.

De l’allure, une mise en scène unique et une subtile touche artistique, c’est ainsi que l’on pourrait décrire les clichés de Gerry Sandjo. Le photographe Camerounais s’illustre depuis 2016 par ses projets artsy chics qui mettent en images des femmes accomplies. On reconnaît par exemple la Miss Ivana Ononino et les entrepreneurs Spechelle et China Sukally. Rencontre avec un jeune talent au service de la beauté noire.
1/ Quelle est la première chose à laquelle tu penses en te levant le matin ?

A l’amour de ma vie. Lol.

2/ Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sandjo Stéphane Gerry et je suis camerounais. Mon papa est Bangangte et ma maman, Bassa’a.

3/ Quand as-tu commencé à faire de la photo ?

Je crois que j’en fais depuis le collège. Un de mes cousins m’y a introduit de façon vraiment fortuite. Il était le photographe et mes soeurs et moi, ses modèles. J’y ai pris goût et j’ai commencé naturellement avec un point and shoot et mes téléphones au fil des années. Ce n’est qu’en 2016 que j’ai mis la main sur un DSLR. Et depuis, je pratique cet art de façon professionnelle.

4/ Comment décrirais-tu ton style ? A-t-il connu une évolution ?

Je crois que ce n’est que récemment que j’ai su à quoi je voulais que ma signature visuelle ressemble. Je dirais toutefois que je retouche toutes mes photos un minimum, c’est peut-être ça ma signature artistique. J’adore les portraits artsy chics.

5/ Quel est ton projet préféré à date ?

Sans hésitation, « The Explorer Series » sur lequel j’ai travaillé avec un Make-up artist bien connu il y a quelques mois. Je compte bien donner une suite à cette série.

6/ Pourrais-tu nous en parler plus amplement ?

Il s’agissait tout simplement de shooter des femmes avec un Make-up plutôt décalé et d’explorer de façon subtile des facettes d’elles qui ne sont pas forcément visibles au premier coup d’oeil. Les textes étaient également une grande partie de ce qui définissait cette série.

7/ D’où tires-tu ton inspiration ?

La plupart du temps, c’est un déclic qui vient de ce que quelqu’un dans mon entourage aurait dit ou fait. Sinon, je puise aussi mon inspiration de poèmes et de mauvaises experiences. On en apprend beaucoup.

8/ Tu choisis de sublimer et de célébrer la beauté noire, que penses-tu de son évolution ces dernières années ?

Je crois que la femme, bien au-delà du physique, est à l’image de l’Afrique: le berçeau de l’humanité. Une femme qui assume son corps, qui est bien dans ses baskets et qui dégage des vibrations uniques de par son aura ou sa différence, est la chose la plus classe qu’il soit.

View this post on Instagram

[ PEOPLE ] . . #BlissfulNovember do yourselves a favor and attend the grand opening of this elegant beauty shop if you find yourself in the streets of our capital city. All necessary info on the official page. Loved working on this shoot. . Check out the faces representing this classy concept. . . Client: @glow.beautystore . Models: @__fassi @spechelle1 . MUA: @slav2biouty . . . . #bnwsouls #darkskingirls #photography #fashion #beautyphotography #melanin #melanated #portrait #africans #cameroon #theafricanphotographer #retouching #team237 #portraitphotography #gerysannphotography #art #artofvisuals #lightskin #model #photoshop #hoboh #blackgirlmagic #ebony #nikon #retoucher #m

A post shared by Gerysann Photography 📷 (@gerysann_photography) on

Je pense qu’aujourd’hui plus que jamais, la femme noire sait ce qu’elle vaut et je suis fier d’y participer d’une façon ou d’une autre à travers mon humble objectif.

9/ Quelles valeurs souhaites-tu véhiculer à travers tes portraits ?

Que la beauté reste et demeure relative… Que la beauté existe sous des formes différentes. Je veux aussi partager ma vision de ce qu’est l’art à mes yeux: une combinaison de plusieurs choses, des valeurs, métiers, des talents.

10/ Pourquoi as-tu choisi de travailler sur un projet comme #GreatMe ?

Je crois qu’on ne célèbrera jamais assez la femme. Je tiens juste à continuer à la célébrer quand l’opportunité se présente. #GreatMe est un super moyen de le faire. Et la plateforme en elle-même est instructive.

View this post on Instagram

[ PEOPLE & BEAUTY ] . . Colours. . September is here. Its always the start of something new. School has resumed for the younger ones. Someone is already falling in love, another is meeting his future best friend. A child is discovering his talents in drawing, or realizing he is going to lead his mates, while another is determined to be done with highschool this year… September is cold but fresh as well, redundant but new, moody yet so colorful. . . 👧: @emmanuelaudrey . 💄: @maryan_wabale . . .#bnwsouls #darkskingirls #photography #fashion #beauty #melanin #melanated #peoplesportrait #africans #cameroon #cameroonian #237 #team237 #portraitphotography #gerysannphotography #art #artofvisuals #edits #model #photoshop #tourism #hoboh #blackgirlmagic #ebony #people #scenery #mua #theportraitcentral

A post shared by Gerysann Photography 📷 (@gerysann_photography) on

11/ Une citation pour finir ?

Parce qu’elle s’applique à toutes les circonstances :
« Cherish them while they are still here »

Gerry SANDJO
Photographer/Retoucher/Art Director
Gerysann Photography

You may also like

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.