Je suis naturelle

Hello tout le monde, vous êtes nombreux à me poser des questions sur mes cheveux et leur entretien, aussi ai-je décidé d’en faire un article. Toutefois, avant de vous présenter ma routine actuelle, je pense qu’il est opportun de vous parler de mon retour au naturel et des différentes étapes qui m’y ont conduite, c’est parti ♡

Je n’ai pas toujours été naturelle

Je n’ai pas toujours été naturelle. J’ai décidé de le redevenir en 2012. C’est une décision que j’avais mûrement réfléchie avant de me lancer. Je me demandais : « mes cheveux seraient-ils bouclés ? Seraient-ils maniables ? Seraient-ils longs au bout d’un an, 2 ans, 3 ans ? Bref ma nappy hair journey, entendez par là mon retour au naturel, serait-il aussi réussi que celui de telle ou telle blogueuse ? » Autant de questions que l’on se pose lorsque l’on est pas sûre de son choix ou que l’on a une connaissance limitée du cheveu crépu et de sa diversité.

Vous devez sûrement vous demander comment une personne originaire d’un pays d’Afrique peut-elle avoir une connaissance limitée des cheveux crépus. Je viens en effet du Cameroun mais, pendant longtemps, beaucoup de femmes africaines, moi comprise, ne portaient pas leurs cheveux naturels. Nous utilisions ce qu’on appelle communément des défrisants : des produits chimiques qui altèrent durablement la texture des cheveux et qui les rendent d’une certaine manière plus lisses et plus maniables. Pourquoi ça ?

Les raisons sont multiples. Nous avons des textures assez riches et pendant longtemps nous n’avions pas de produits adaptés pour nos cheveux, les défrisants nous permettaient de les adoucir. Ensuite,  notre histoire nous a conditionné à avoir une certaine vision de la beauté. Le Cameroun est une ancienne colonie franco-britannique. Les cheveux lisses étaient longtemps une norme.

Ma transition vers des cheveux naturels

J’ai des cheveux de type 4A (mi-crépus, mi-bouclés) et beaucoup de volume. Enfant, les coiffeurs ne se bousculaient pas pour me coiffer [rire]. Il leur était assez compliqué de dompter ma texture et mon volume. A mes 9 ans, ma mère a décidé de me défriser les cheveux, un choix que je trouvais bien confortable jusqu’à mon arrivée en France.

Là-bas, le calcaire et l’hiver ont vite eu raison de mes cheveux fragilisés par les défrisages et les lissages. Ils ont commencé à se casser et ont arrêté de pousser. Peu importe ce que je faisais (hyper hydratation, coiffure etc.), rien ne pouvait y rémédier. Un jour, alors que j’étais au lycée, une fille qui avait commencé sa transition (/décidé d’arrêter de se défriser les cheveux) m’a parlé de sa volonté d’avoir des cheveux nappy.  J’ai admiré son courage mais jamais il ne me serait venu à l’esprit de faire la même chose. 2 ans plus tard, je l’ai revue avec son jeune afro. Elle avait sauté le pas et avait coupé ses cheveux défrisés pour n’arborer que ses cheveux naturels. Je suis littéralement tombée amoureuse et j’ai démarré ma transition vers des cheveux naturels.

La transition qu’est-ce c’est ?

J’ai démarré ma transition en 2010 et je dois dire que j’ai galéré [rire] Commençons par la base : qu’est-ce que la transition ? C’est une période au cours de laquelle on stoppe le défrisage de sorte à accroître la pousse de ses cheveux naturels. Cette pratique est idéale pour toutes les personnes qui souhaitent conserver une certaine longueur avant de devenir naturelles. Ceci peut durer des mois ou des années en fonction des personnes.

Les principales caractérisques

Pendant cette période, on note beaucoup de casse du fait de la double texture, des racines naturelles et des pointes défrisées.  Le calvaire, c’est d’entretenir les deux textures afin que les cheveux naturels puissent pousser sainement.
Dans mon cas, la difficulté était exacerbée par l’absence de produits de qualité comme on en trouve aujourdhui.

Ma routine à l’époque

Ma routine consistait essentiellement en des masques à base d’huile d’argan et d’huile d’olive une fois par semaine et des coiffures protectrices de type braid out et twist out. Les masques m’apportaient une hydratation naturelle et les coiffures protectrices m’évitaient de manipuler mes cheveux et ainsi, d’éviter plus de casse.

J’ai transitionné deux ans avant de couper mes cheveux (big chop) en 2012. Je vous en parlerai plus en détails dans mon prochain article ♡

My Nappy Hair Journey en images

[masterslider id= »1″]

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.